Le village préféré des Libanais : #4 Ehden, la fière, la pieuse, la gourmande

Date: Saturday, July 16, 2016
By: Antoine AJOURY
Source: L'orient le jour



« Les habitants de Zghorta montent à Ehden pour y passer l'été. Vrai ou faux ? » Faux, répondront les Ehdeniotes, affirmant fièrement que ce sont eux qui migrent à Zghorta en hiver. « Historiquement, raconte Ghassan Tayyoun, vice-président de la municipalité, Ehden est bien plus ancienne comme localité. Ce n'est que durant la période ottomane que les Ehdeniotes ont été autorisés par la Sublime Porte à acheter un terrain près du littoral pour échapper à la rigueur des hivers. » Ce fut Zghorta.
Poursuivant son récit, M. Tayyoun revient sur une tradition, aujourd'hui oubliée : « Jadis, en quittant le village au début de l'hiver, les Ehdeniotes rassemblaient les clefs de leurs maisons et les déposaient dans l'église Saydet el-Hosn en espérant qu'ainsi, la Sainte Vierge protégera leurs demeures. La clé de l'église, elle, est consignée auprès d'un notable du village. En revenant l'été à Ehden, avec tous leurs meubles et vêtements, sur les ânes et les charrettes, les habitants étaient naturellement devancés par les cavaliers qui se précipitaient pour arriver les premiers à l'église et ramener les clefs aux habitants. »
Ehden est situé au cœur des montagnes du Liban-Nord. L'étymologie du nom n'est toujours pas claire. Certains affirment qu'Ehden est dérivé d'Éden, le lieu où Adam et Ève ont vécu après avoir été chassés du paradis. D'autres sources affirment qu'Ehden vient de l'araméen, Adon ou Adonis qui veut dire : pouvoir, stabilité, tranquillité.
La situation du village et sa nature ont par ailleurs forgé la personnalité de ses habitants très imprégnés par l'histoire millénaire d'Ehden, faite de résistance, face aux forces de la nature, mais aussi aux envahisseurs. « Ehden représente nos racines et nos ailes », affirme ainsi fièrement Ghassan Tayyoun. L'appartenance chrétienne maronite forme en outre un socle important de l'identité des Ehdeniotes.
Les personnalités les plus connues du village comptent ainsi parmi elles, selon Boutros Wehbé Doueihy, plusieurs patriarches, dont le plus célèbre reste Estéphan Doueihy, patriarche de 1670 à sa mort en 1704. Sa statue trône au centre du village. Une trentaine d'évêques sont également issus d'Ehden.
Boutros Doueihy cite par ailleurs le non moins célèbre héros national Youssef bey Karam, mais aussi les anciens présidents Sleiman Frangié et René Moawad.

Mar Méma, en 749...
Presque chaque coin de rue est bordé d'une église. « Les grandes familles du village ont chacune sa propre église et son propre saint patron », explique Mikhaël Doueihy, président de l'association Charité et Développement.
Un grand nombre de ces anciennes églises a été construit à la place de temples païens cananéens, explique Roy Arayji, auteur d'un livre sur les saints maronites.
Il cite d'abord Saydet el-Hosn (Notre-Dame de la Forteresse), considérée comme l'église la plus élevée au Liban. Vient ensuite celle de Saint-Même (Mar Méma), la plus ancienne église maronite du Liban toujours debout. Elle fut bâtie en 749 sur les ruines d'un ancien temple.
Une visite à l'église Mart Moura s'impose. Il s'agit du seul vestige préservé du premier monastère dont sont issus les différents ordres religieux maronites. Plus récentes sont les églises Saints-Pierre-et-Paul, Saint-Simon, la cathédrale Saint-Georges, et le couvent Saints-Sarkis-et-Bakhos.
Depuis Ehden, une visite de la vallée de Qadicha, du monastère Saint-Antoine Qoshaya ainsi que d'autres sites religieux est ce qu'il y a de plus facile et agréable.
Le village est, on l'aura compris, un paradis pour le tourisme religieux et pour les visiteurs qui tombent rapidement sous le charme de l'accueil chaleureux et de l'hospitalité inégalable des Ehdeniotes, ainsi que des structures touristiques dans le village.
Il va sans dire qu'on se sent immédiatement chez soi quand on est à Ehden. Surtout quand il s'agit de goûter aux spécialités du coin. Au restaurant Aden, une vieille dame prépare la fameuse kebbé nayyé, en battant la viande, avant d'y ajouter le blé concassé, l'oignon, du sel et du poivre. Selon Mikhaël Doueihy, « la kebbé nayyé ehdeniote est un mythe. La seule différence avec celle des autres régions du pays est qu'elle est préparée avec de la viande de chèvre. Sinon, tout est dans le dosage », précise-t-il, ajoutant : « Par contre, ce sont les variétés de kebbé qui font la spécificité d'Ehden. »
Un tour dans la réserve
Sur la place du village, appelée le Midane, la joie de vivre des villageois et des visiteurs est manifeste. Des enfants jouent près de la fontaine. Dans un des nombreux cafés, des hommes jouent aux cartes. De temps en temps, des cris s'élèvent pour protester contre la malchance.
En face, de l'autre côté du Midane, un célèbre pâtissier propose sa non moins célèbre halewet el jeben... L'ambiance festive se poursuit jusqu'à l'aube dans les restaurants, pubs et boîtes de nuit entourant la place du village.
Pour profiter pleinement d'une visite à Ehden, il est impératif d'aller faire un tour dans la réserve naturelle qui surplombe le village. « La forêt comprend pas moins de 1 030 espèces végétales différentes », explique la directrice de la réserve, Sandra Koussa Saba. Elle abrite notamment l'une des plus grandes concentrations de cèdres au Liban. Sans oublier une faune riche en animaux sauvages, mais aussi en oiseaux, papillons et autres insectes rares.
La réserve donne aussi accès à certaines activités sportives, comme la randonnée, la descente en rappel, l'escalade, le parapente, la tyrolienne, la spéléologie et le tir à l'arc, explique Chafic Ghazalé, fondateur de Ehden Adventures, qui tient également un espace camping pouvant accueillir près de 250 personnes.
Les Ehdeniotes ont aussi leurs propres activités culturelles. En plus d'un groupe folklorique de dabké et d'un orchestre local, le village organise désormais chaque été les Ehdeniyate, un festival de musique invitant des artistes de renommée internationale.
Assis sur la terrasse de l'hôtel Belmont qui surplombe le village, des touristes se rappellent du bon vieux temps, lorsque l'élite arabe du Caire et de Bagdad venait pour la saison estivale. « Il paraît que Carlos le terroriste a séjourné au Belmont », confie l'actuel directeur de l'hôtel mi-amusé, mi-embarrassé...


Comment y accéder ?
Venant de Beyrouth, suivre l'autoroute vers Tripoli, puis, au niveau de Chekka, prendre la bifurcation jusqu'à Amioun puis Kousba et Tourza. Au barrage de l'armée, prendre légèrement à gauche la route qui traverse la vallée avant de remonter jusqu'à Ehden.
Ehden est à 120 kilomètres de Beyrouth, 30 kilomètres de Tripoli et 25 kilomètres de Zghorta.
A ne pas rater
Les anciennes églises du village
Saydet el-Hosn (Notre-Dame de la Forteresse)
Saint-Même
Mart Moura
Saints-Pierre-et-Paul
Saint-Simon
La cathédrale Saint-Georges et le couvent Saints-Sarkis-et-Bakhos
Le Midane et ses restaurants et cafés.
Les randonnées ou les activités sportives, dans la réserve naturelle d'Ehden et la montagne avoisinante.
Déguster impérativement les diverses variétés de kebbé à l'ehdeniote.


Fiche technique
Superficie : 24 km2
Altitude : Ehden commence à 1 450 mètres et culmine à 2000 mètres.
Nombre d'habitants : 500 résidents en hiver. Il peut passer à 35 000 en été.
Président du conseil municipal : César Bassim.
Hôtels et restaurants :
De très nombreux hôtels, certains de très bonne qualité. Nombreux restaurants orientaux et occidentaux, dans le village et aux alentours. On retiendra, pour les hôtels :
Le Belmont, avec sa vue magnifique sur Ehden : 06-560102 / 03-307333
Le Provençal, en plein centre, au-dessus de la place Midane : 06-561040 / 03-678593
Le Abchi, un des plus anciens hôtels d'Ehden : 06-560 001
Le Sérail, sur la rue principale, juste en face du sérail d'Ehden : 06-560998
Ehden Country club, idéal pour toute la famille : 06-560651
Kroum Ehden Boutique Resort, qui combine luxe et confort : 06-561560.

Climat : Très froid en hiver ; agréable et sec en été.





Popular posts from this blog